Le bois traité sans pression

La plupart du bois traité a été imprégné sous pression de produits de préservation dans des installations conçues à cette fin. Toutefois, il est parfois impossible de le traiter ainsi ou la nécessité d’employer du bois traité n’a été constatée qu’après la construction ou l’occupation d’un bâtiment. Dans de telles situations, les produits de préservation peuvent être appliqués à l’aide de méthodes ne recourant pas aux autoclaves.

Certains de ces traitements ne peuvent être effectués que par des préposés à l’application détenant un permis. Chaque fois que des produits de préservation du bois sont utilisés, comme c’est le cas avec tous les pesticides, il faut respecter les exigences en matière d’étiquetage de l’Agence de réglementation de la lutte antiparasitaire (au Canada) et de l’Environmental Protection Agency (aux États-Unis).

Cinq catégories de traitements sans pression

Traitement en cours de fabrication des produits de bois d’ingénierie

Les panneaux OSB sont fabriqués à partir de lamelles de bois de petites dimensions. Des produits de préservation en poudre peuvent être combinés aux copeaux et à la résine pendant le procédé de fabrication. L’ajout de borate de zinc aux panneaux OSB en est un exemple.

Prétraitement de surface

Il s’agit d’un traitement de préservation préventif appliqué par badigeonnage, vaporisation ou trempage sur toutes les surfaces accessibles de certains produits du bois pendant la construction. Il forme une couche protectrice à la surface des produits, éléments ou systèmes en bois vulnérables à l’état fini. La vaporisation de borates au niveau de la charpente d’une habitation pour assurer une résistance aux termites de bois sec et parfois aux scolytes en est un exemple. Ce genre de traitement peut aussi être appliqué au bois d’œuvre, au contreplaqué et aux panneaux OSB pour offrir une protection additionnelle contre les moisissures.

Prétraitement de subsurface (traitement par dépôt)

Ce traitement de préservation est appliqué à certains endroits seulement, pas sur toute la pièce, au cours du procédé de fabrication ou de la construction. Il procure une protection proactive uniquement aux parties du produit, de l’élément ou du système en bois susceptible d’être exposées à des conditions propices à la pourriture. L’insertion de tiges de borate dans des trous percés aux extrémités exposées de poutres en lamellé-collé faisant saillie au-delà de la ligne de toiture en constitue un exemple.

Traitement supplémentaire

Ce traitement de préservation est appliqué à certains endroits du bois traité en service pour pallier une pénétration initiale insuffisante jusqu’à la section transversale ou parce que le produit de préservation finit par perdre en efficacité. Il a pour but de renforcer la protection du bois déjà traité ou de protéger les endroits exposés à la suite de coupes qui ont dû être pratiquées au chantier sur des produits en bois traité. L’application d’un bandage préfabriqué sur les poteaux traités des services publics dont la teneur en produits de préservation a diminué en est un exemple. Les matériaux coupés au chantier employés dans les fondations en bois protégées par des produits de préservation font aussi l’objet d’un tel traitement.

Traitement curatif

Ce traitement de préservation est appliqué au bois intact conservé des produits, éléments ou systèmes qui commencent à montrer des signes de pourriture ou de dommages causés par les insectes. Il vise à tuer les champignons ou insectes présents ou à prévenir la prolifération fongique ou des insectes au-delà des dommages existants. L’application au rouleau ou au vaporisateur d’un mélange de borate et de glycol sur le bois intact laissé en place à côté des éléments de charpente pourris (qu’il faut couper et remplacer par du bois traité) représente un exemple.

Formes des traitements sans pression

Les produits de traitement sans pression sont offerts à l’état solide, sous forme liquide et en pâte et sous forme de fumigant. Contrairement aux produits de traitement sous pression, qui pénètrent dans le bois sous l’action de la pression, leur efficacité repose sur la migration des matières actives à une profondeur suffisante dans le bois. Les matières actives peuvent migrer dans le bois par capillarité ou se répandre par diffusion dans l’eau ou l’air présents dans le bois. Cette mobilité permet d’une part aux matières actives de se déplacer dans le bois, mais aussi de s’en échapper dans certaines conditions. Il faut donc bien comprendre les conditions à l’intérieur et autour de la structure afin de limiter la perte du produit de préservation et la protection moindre qui en découle. Les borates, les fluorures et les composés de cuivre se prêtent bien aux traitements solides, liquides et en pâte. L’isothiocyanate de méthyle (et ses précurseurs), le bromure de méthyle et le fluorure de sulfuryle sont les seuls produits largement utilisés comme traitements fumigants. En 2005, le bromure de méthyle a été progressivement éliminé, sauf pour des utilisations très limitées.

Produits à l’état solide

Le principal avantage des produits employés à l’état solide est qu’ils maximisent la quantité de matière hydrosoluble qui peut être placée dans un trou percé, en raison du pourcentage élevé de matières actives contenues dans les tiges disponibles sur le marché. Leur principal désavantage est la nécessité d’avoir un taux d’humidité suffisant et le temps de dissolution de la tige. Un des premiers produits de préservation, qui est aussi le plus connu, est la tige de borates fondus, mise au point dans les années 1970 pour le traitement curatif et supplémentaire des traverses de chemin de fer. Depuis, ces tiges ont été employées avec succès dans les poteaux des services publics, les grosses pièces de bois, la menuiserie préfabriquée (menuiserie de fenêtres) et dans une variété d’autres produits de bois. On fait fondre un mélange de borates dans du verre à des températures extrêmement élevées, qu’on verse ensuite dans un moule, puis laisse durcir. Mis dans les trous du bois, le borate se dissout dans n’importe quelle eau contenue dans le bois et se diffuse partout dans la zone humide. Le débit massique de l’humidité le long du fil peut accélérer la distribution du borate. On peut ajouter des biocides secondaires, comme le cuivre, aux tiges de borate pour les rendre plus efficaces contre la pourriture et les insectes. Même si des précautions s’imposent pour tous les produits de préservation, de nombreux utilisateurs sont plus à l’aise de manipuler les tiges de borate et de cuivre et borate, parce qu’ils sont moins toxiques et risquent peu d’être absorbés par l’organisme.

Les fluorures sont également couramment disponibles sous forme de tiges. Les tiges sont produites en comprimant le fluorure de sodium et des liants ensemble, ou par encapsulation en tubes perméables à l’eau. La diffusion des fluorures dans l’eau est plus rapide que celle des borates et ils peuvent aussi migrer à l’état gazeux sous forme d’acide fluorhydrique.

Le borate de zinc en poudre est employé pour protéger les produits faits de lamelles de bois. On le mélange aux résines et aux copeaux pendant le procédé de fabrication des panneaux OSB et autres produits lamellés, afin qu’il y soit répandu de manière uniforme. Le borate de zinc est très peu soluble dans l’eau et peut protéger les produits faits de lamelles de bois de la pourriture et des termites.

Les produits sous forme liquide, en pâte et en gel

Les produits liquides peuvent être vaporisés ou badigeonnés à la surface ou versés ou pompés dans les trous percés. Les produits en pâte sont le plus souvent appliqués par badigeonnage ou à la truelle, puis recouverts de papier kraft doublé de polyéthylène de manière à créer un « bandage ». Les pâtes peuvent aussi être pressées dans les trous percés ou enduites sur des bandages prêts à l’emploi qu’on peut enrouler autour des poteaux. Les borates et les fluorures sont communément employés dans ces mélanges, puisqu’ils se répandent très rapidement par diffusion dans le bois humide. Le cuivre migre plus lentement, à cause de sa réaction avec le bois. Pour le traitement de bois plus sec, on peut ajouter des glycols aux préparations de borate pour améliorer la pénétration. Les produits de préservation à badigeonner en vente libre sont à base de naphténate de cuivre (verdâtre) ou de naphténate de zinc (transparent). Ils sont tous deux dissous dans des solvants à base d’essence minérale. Il est également possible d’acheter en vente libre des produits liquides hydrosolubles à base de borate et de glycol applicables au rouleau.

Les fumigants

Ces produits de traitements souvent offerts en général sous forme liquide ou solide; ils se transforment en gaz une fois exposés à l’air, et se déplacent dans le bois à l’état gazeux. Quelques fumigants solides et liquides sont vendus sous forme de capsules perméables ou dans des tubes en aluminium. L’isothiocyanate de méthyle (ITCM) et les produits chimiques qui produisent ce composé à mesure qu’ils se décomposent sont employés pour traiter les poteaux des services publics et les grosses pièces de bois. Ce composé se fixe par adsorption au bois et procure une protection résiduelle pendant plusieurs années. Le fluorure de sulfuryle et le bromure de méthyle sont employés pour la fumigation d’habitations sous bâche visant à éliminer les termites de bois sec.