On traite habituellement le bois sous pression, en forçant la migration peu profonde des produits chimiques dans le bois au moyen d’un autoclave spécial qui effectue des mises sous pression et des mises sous vide. Bien qu’une pénétration profonde soit très souhaitable, elle est difficile à obtenir à cause de la nature imperméable des cellules mortes du bois. Par conséquent, seulement une mince couche de bois est traitée. Les résultats clés du procédé de traitement sous pression sont directement reliés au volume du produit de préservation imprégnant le bois (la rétention), et la profondeur de la pénétration dans le bois. Ces caractéristiques du traitement sont précisées dans les normes fondées sur les résultats. Pour que le produit de préservation pénètre plus profondément dans le bois, on peut effectuer un traitement par incision, qui consiste à pratiquer des entailles peu profondes à la surface du bois. Cette étape est souvent nécessaire pour les pièces de grandes dimensions ou difficiles à traiter, si l’on veut respecter les normes de pénétration fondées sur les résultats.

Les procédés de traitement sous pression diffèrent selon le type de bois à traiter et le produit de préservation employé. Règle générale, le bois fait d’abord l’objet d’un conditionnement, afin d’en retirer l’eau excédentaire. Il est ensuite placé dans un autoclave, qui crée un vide pour faire sortir l’air des cellules ligneuses. Après, on ajoute le produit de préservation, puis on applique une pression pour faire pénétrer le produit dans le bois. Enfin, la pression est relâchée et un vide final est appliqué pour récupérer la solution de préservation excédentaire en vue de sa réutilisation. Après le traitement, certains produits de préservation, notamment l’ACC, doivent être soumis à un procédé de fixation, pour faire en sorte qu’ils réagissent entièrement avec le bois.

Des renseignements sur les divers types de produits de préservation se trouvent sous la rubrique La durabilité du bois traité.