Les produits de construction et le secteur de la construction dans son ensemble ont des impacts considérables sur l’environnement. Les instruments de politiques et les forces du marché insistent de plus en plus auprès des gouvernements et des entreprises pour que soient documentés et rapportés les impacts environnementaux et que soit fait le suivi des améliorations dans ce domaine. Un outil permettant de comprendre les volets environnementaux des nouvelles constructions, de la rénovation et de la mise à niveau des bâtiments et des ouvrages de génie civil est l’analyse du cycle de vie (ACV). L’ACV est un outil décisionnel qui peut aider à établir les méthodes de conceptions structurales et de construction qui permettent un rendement environnemental accru.

Plusieurs pays et territoires européens, dont l’Allemagne, Zurich et Bruxelles, ont rendu obligatoires les ACV pour l’obtention d’un permis de construction. De plus, l’application de l’ACV à la conception de bâtiments et à la sélection des matériaux est un élément des systèmes d’évaluation de la construction environnementale. Les fabricants, les architectes, les constructeurs et les organismes gouvernementaux peuvent se servir de l’ACV pour obtenir de l’information quantitative sur les impacts environnementaux potentiels ainsi que des données permettant de repérer les domaines à améliorer.

L’ACV est une méthode axée sur le rendement qui évalue les volets environnementaux de la conception structurale et de la construction. L’ACV peut aider à comprendre les impacts environnementaux potentiels d’un produit ou d’une structure à chaque étape de son cycle de vie, de l’extraction de la ressource ou de l’acquisition des matières premières au transport, au traitement et à la fabrication, la construction, l’exploitation, l’entretien et la rénovation, jusqu’à la fin de vie.

L’ACL est une méthode scientifique acceptée à l’échelle internationale. Elle a existé sous diverses formes depuis les années 1960. Les exigences et les orientations de la conduite d’une ACV ont été établies par des normes consensuelles internationales, ISO 14040 et ISO 14044. L’ACV tient compte de tous les flux en entrée et en sortie (matériaux, énergie, ressources) associés à un système de produit donné. C’est un procédé itératif qui comprend une définition des objectifs et de la portée, une analyse des stocks, une évaluation des impacts et une interprétation.

L’analyse des stocks, aussi connue sous analyse du cycle de vie des stocks, consiste en une collecte de données et un suivi de tous les flux d’entrée et de sortie au sein d’un système de produit. Des bases de données d’analyse des stocks publiques, comme la Life Cycle Inventory Database des États-Unis, sont accessibles sans frais, ce qui permet de s’approvisionner sur ces données d’analyse. Pendant l’évaluation des impacts de l’ACV, les flux de l’analyse des stocks sont traduits en catégories d’impacts environnementaux potentiels à l’aide de techniques de modélisation environnementale théoriques et empiriques. L’ACV permet de quantifier les impacts et les volets environnementaux potentiels d’un produit, notamment :

  • le potentiel de réchauffement climatique;
  • le potentiel d’acidification;
  • le potentiel d’eutrophisation;
  • le potentiel d’appauvrissement de la couche d’ozone;
  • le potentiel de smog;
  • la consommation d’énergie principale;
  • la consommation de ressources matérielles;
  • la production de déchets dangereux et non dangereux.

Les outils d’ACV sont accessibles aux concepteurs de bâtiments dans un ensemble convivial. Ces outils permettent aux concepteurs d’avoir accès rapidement à de l’information sur les impacts environnementaux d’un large éventail d’ensembles génériques de construction ou pour faire leur propre analyse du cycle de vie d’un bâtiment. Le logiciel d’ACV offre des outils puissants aux professionnels de la construction qui désirent calculer les impacts potentiels du cycle de vie de produits ou d’ensembles de construction et effectuer des comparaisons environnementales.

L’ACV peut aussi servir à comparer objectivement des matériaux, des ensembles et des bâtiments en entier de substitution, selon des mesures prises sur leur cycle de vie respectif et en fonction d’indicateurs environnementaux quantifiables. L’ACV permet de comparer les compromis environnementaux associés au choix d’un matériau ou d’une solution de conception par rapport à une autre et, par conséquent, offre une base efficace pour comparer les conséquences environnementales connexes d’autres scénarios de conception structurale.

Une ACV qui examine d’autres options de conception doit garantir l’équivalence fonctionnelle. Chaque scénario de conception pris en compte, y compris le bâtiment en entier, doit respecter les exigences du code du bâtiment et offrir un niveau minimal de rendement technique ou d’équivalence fonctionnelle. Lorsqu’il s’agit d’un élément aussi complexe qu’un bâtiment, cela signifie faire le suivi et le calcul des entrées et des sorties environnementales de la multitude des ensembles, des sous-ensembles et des composants de chaque option de conception. La longévité d’un système de construction a aussi des effets sur le rendement environnemental. Les constructions en bois peuvent rester en service pendant longtemps si elles sont bien conçues, bien construites et bien entretenues.

De nombreuses ACV de partout dans le monde ont démontré que les produits du bois et les systèmes de construction en bois peuvent procurer des avantages environnementaux par rapport aux autres matériaux et aux autres méthodes de construction. FPInnovation a effectué une ACV d’un immeuble de quatre étages au Québec, construit en bois lamellé-croisé (CLT). L’analyse a comparé la conception en CLT avec un immeuble fonctionnellement équivalent en béton et en acier de la même superficie de plancher. Elle a détecté des améliorations du rendement environnemental dans deux catégories d’impacts sur six, et un rendement équivalent dans les quatre autres. De plus, à leur fin de vie, les bioproduits peuvent être intégrés à un système de produit subséquent, grâce à leur réutilisation, à leur recyclage ou à leur récupération pour les convertir en énergie. Cela réduit potentiellement les impacts environnementaux et contribue à l’économie circulaire.

 

Cycle de vie des produits de construction en bois.

Source de l’image : CEI-Bois

 

 

Pour obtenir de plus amples renseignements, veuillez consulter les ressources suivantes :

www.naturallywood.com

Athena Sustainable Materials Institute

Building for Environmental and Economic Sustainability (BEES)

FPInnovations. A Comparative Life Cycle Assessment of Two Multistory Residential Buildings: Cross-Laminated Timber vs. Concrete Slab and Column with Light Gauge Steel Walls, 2013.

American Wood Council

Life Cycle Inventory Database des États-Unis

ISO 14040 Gestion environnementale — Analyse du cycle de vie — Principes et cadre

ISO 14044 Gestion environnementale — Analyse du cycle de vie — Exigences et lignes directrices