Fabrication

Le bois spécialisé (bois de lamelles), utilisé pour le lamellé-collé, est livré et entreposé à l’usine de lamellation dans un environnement très contrôlé (voir Figure 3.7 ci-dessous).

Préalablement à la fabrication du lamellé-collé, le bois est à la fois classé visuellement et par moyen mécanique afin d’en établir la valeur de résistance et le module d’élasticité (E). Ces deux classifications de la résistance et de la rigidité  servent à déterminer si ce morceau de bois servira dans une poutre ou dans une colonne.

Par exemple, les pièces plus résistantes sont placées dans les portions  extérieures d’une poutre, là où les contraintes maximales sont  observées. Cette utilisation mixte des contraintes est  connue comme une combinaison de classes qui assure une performance soutenue du produit fini.

Figure 3.7: Fabrication du lamellé-collé

GlulamFigure3.7

adobepdf Téléchargez cette figure en format PDF. 

Une fois classées, les pièces individuelles de bois de lamelles sont aboutées en longues lamelles de qualité uniforme et chaque joint d’about est mis à l’essai. Les longues lamelles sont ensuite arrangées selon la combinaison de classe prévue pour le produit final en question.

Par la suite, les lamelles sont encollées puis, dans la zone de serrage, les pièces sont réassemblées selon la configuration désirée. Les crampons de serrage, à systèmes hydrauliques ou à activation manuelle, sont positionnés autour des éléments pour ensuite être mis en contact à l’aide de gabarits en acier, préalablement ancrés au plancher, pour fournir la courbe ou le modèle voulu.

À mesure que la pression y est appliquée, les lamelles s’ajustent pour bien se positionner dans la raboteuse, afin de minimiser la perte de bois de lamelles lorsque la surface de l’élément sera aplanie pour obtenir une surface lisse. Une fois les crampons serrés à leur maximum, les éléments sont entreposés à une température contrôlée jusqu’à ce que la colle soit complètement séchée.

Une fois le séchage complété, les éléments sont amenés dans la zone de finition où se font le planage, le rapiéçage et l’éboutage. En fonction de la commande du client, d’autres étapes peuvent se rajouter, telles que le perçage, l’encochage pour les jointures, le ponçage, la coloration et le vernissage. Ces opérations nécessitent des équipements spécialisés et une production en série, c’est pourquoi il est moins coûteux de les exécuter en usine plutôt que sur le chantier.

Les éléments de lamellé-croisé sont finalement emballés et prêts à être livrés.