Ignifugés

Là ou` les règles dans le Code du bâtiment prescrivent un indice de propagation de la flamme de 75 et moins, la majorité du bois et du contreplaqué doit être traité ou enduit d’un revêtement pour réduire la propagation de la flamme sur la surface du matériau. Les deux méthodes les plus couramment employées pour réduire l’indice de propagation de la flamme sont par imprégnation sous pression à l’aide de sels à base d’eau et par revêtement composé de produits chimiques ignifuges sur la surface.

Cette section traite des moyens chimiques utilisés pour réduire la propagation de la flamme sur les produits du bois. Dans le manuel Wood Reference Handbook, on peut trouver de l’information détaillée sur l’importance de l’indice de propagation de la flamme pour la construction immobilière.

Le bois et le contreplaqué ignifugés

Le bois ignifugé est un matériau dont l’imprégnation sous pression des produits chimiques spécialisés améliore la résistance du bois au feu. Ce procédé de traitement qui injecte sous pression les produits chimiques ignifuges dans les produits du bois et du contreplaqué ressemble essentiellement à celui du traitement de préservation illustré à la Figure 9.8 de la section du bois traité avec un agent de préservation.

Les traitements chimiques ignifuges retardent la propagation des flammes et limitent l’émission de fumée provenant du bois qui brûle. Le bois ignifugé peut répondre à toutes les exigences de l’indice de propagation de la flamme en surface et de l’indice du pouvoir fumigène des codes nord-américains du bâtiment.

Le traitement ignifuge du bois améliore la résistance au feu des produits en réduisant la quantité de chaleur dégagée pendant les premiers stades de l’incendie et en réduisant également la quantité d’éléments instables et inflammables et qui s’en dégagent. Tout cela a pour effet de retarder la vitesse de propagation des flammes sur la surface. Lorsqu’on enlève la source des flammes, le bois traité cesse de se carboniser.

Lors d’un incendie, les produits ignifuges commencent à faire effet lorsque la température est juste au-dessous du point d’allumage. Des gaz ininflammables et de la vapeur d’eau se forment et se dégagent à une vitesse stable, mais lente. De cette manière, on protège les fibres de bois des températures qui sont susceptibles de les mettre en feu.

Pour être accepté par les autorités canadiennes, les produits du bois ignifugé doivent porter la marque de l’agence d’essais accréditée telle que l’Underwriter’s Laboratories of Canada. Un échantillon de la marque est montré à la Figure 9.11, ci-dessous. Aux États-Unis, des exigences d’estampillage et de certification similaires s’appliquent également.

Le bois ignifugé est adéquat pour les applications intérieures ou` le taux d’humidité n’excède pas 60 % pendant de longues périodes de temps. Le bois ignifugé doit être protégé contre l’humidité et les températures trop élevées pendant le transport, l’entreposage et la construction. Bien qu’il soit prévu que le bois puisse se faire arroser pendant l’installation, l’arrosage fréquent ou la formation d’étang est inacceptable. De façon générale, le bois ignifugé exige plus de soin lors de son installation que ce qui est considéré normalement de bonne pratique pour les produits du bois non ignifugé.

Les produits du bois ignifugé sont utilisés dans bien des applications intérieures telles que la menuiserie préfabriquée ou le panneautage, avec lesquelles le code est le plus strict en ce qui concerne l’indice de propagation de la flamme. Les codes du bâtiment nord-américains autorisent l’usage du bois et du contreplaqué ignifugés dans les fermes de planchers et de toits, les poutres, l’intérieur des  toitures de terrasses et l’intérieur des murs de refend et des cloisons non porteuses.

Le bois ignifugé est souvent limité à l’usage intérieur, car il est possible que les sels protecteurs soient expulsés des matériaux par lessivage s’ils sont exposés aux conditions météorologiques. Pour les applications extérieures pour lesquelles les codes spécifient les produits du bois ignifugé, il existe des classes de traitements pour emploi extérieur capables de répondre aux exigences pour les essais de vieillissement accéléré.

Les produits du bois ignifugé, utilisés dans les zones ou` le matériau est exposé aux températures extérieures ou à une grande humidité, sont traités au moyen de produits chimiques spécialisés pour empêcher le lessivage. Ces produits sont similaires à ceux employés pour les bardeaux et les bardeaux de fente. La norme de vieillissement accéléré (ASTM D2898) expose le bois ignifugé à des cycles réguliers d’arrosage et de séchage pour simuler les conditions extérieures à long terme. Afin d’être classé pour emploi extérieur, le bois ignifugé doit quand même atteindre un indice de propagation de la flamme de 25 après vieillissement accéléré.

Généralement, le bois ignifugé ne dérange pas le degré d’adhésion des revêtements de peinture décorative à moins que la teneur en humidité du bois ait augmenté. Les caractéristiques de finitions de certains produits devraient être discutées avec les fabricants du bois traité.

Aux États-Unis, ou` les utilisations des produits du bois ignifugé sont très nombreuses, la combinaison de la température élevée, de l’humidité et de certaines préparations de produits chimiques ignifuges a amené à la détérioration de ces produits du bois dans certaines zones climatiques. Le contreplaqué utilisé dans les toitures a particulièrement été affecté.

Ce problème est caractéristique à certaines préparations de produits chimiques ignifuges. Certains des tout derniers produits chimiques et procédés ignifuges ont été préparés contre cette dégradation tout en continuant à se conformer aux exigences de sécurité-incendie des codes du bâtiment. En choisissant les produits du bois ignifugé, le concepteur devrait tenir compte de leur résistance au feu prévue.

 Figure  9.1. Estampille pour le bois et le contreplaqué ignifugé

TreatedWoodFigure9.11

 Téléchargez cette figure en format PDF.