Utilisations des Poteaux

L’’utilisation la plus courante du bois à entures multiples est dans les murs de contreventement et les murs porteurs tels les colombages. Le facteur le plus important pour les colombages est la linéarité. Les colombages jointés resteront plus droits que ceux en bois de sciage lorsqu’ils sont soumis à la chaleur ou à l’humidité. Les constructeurs et les propriétaires de maison bénéficient grandement  de cette particularité : un bâtiment de qualité supérieure, une disparition de clous qui ressortent de la cloison sèche et d’autres solutions aux problématiques des murs. Aussi, le bois à entures multiples estampillé « Stud » est idéal pour les cloisons intérieures non portantes.

Le bois de colombage à utilisation verticale seulement peut être fabriqué à partir de n’importe quelle essence ou groupe d’essences commerciales spécifiées par une agence certifiée de classement. Le groupe d’essences le plus souvent utilisé pour le bois à entures multiples est le groupe Épinette-Pin-Sapin (SPF).

La NLGA, au Canada, était une des premières agences certifiées d’écritures de règles à développer les normes pour le bois à entures multiples :la SPS1 et la SPS3. Par conséquent, la NLGA possède une des estampilles les plus reconnues et elle inclut la désignation de la norme du produit. En décembre 1999, la NLGA révisa la norme SPS3 pour y inclure des classes supplémentaires à être produites, et une nouvelle désignation d’estampille de classement : « VERTICAL STUD USE ONLY». Le bois pourvue de cette estampille de classement est, en règle générale, de classe « Stud » qui est marquée séparément sur l’estampille de classement. « VERTICAL STUD USE ONLY» décrit la façon avec laquelle il est le plus souvent utilisé, toutefois, il n’est pas limité à cette utilisation. Voir Tableau  1 pour d’autres utilisations permises.

Le bois à entures multiples peut être employé dans les constructions de murs en tenant compte que les coefficients de calcul sont les mêmes que le bois d’œuvre non jointé.

 

Exemple 1

Par exemple, on peut substituer le bois à entures multiples SPF avec une classe « Stud » aux colombages classés « Standard » ou « N° 3 », car les valeurs de calcul « Standard » sont moins élevées et les valeurs de calcul de classe régulière N° 3  sont égales à celles du « Stud ». En temps normal, on ne pourrait pas substituer le bois à entures multiples marqué « Stud » au bois marqué « N° 2 », car les valeurs de calcul de la classe N° 2 sont plus élevées que celles du « Stud ». Par contre, si l’application ne nécessite que du bois classé « Stud », alors le produit du bois à entures multiples est suffisant.

 

Exemple  2

 

En ce qui concerne les groupes d’essences, la substitution dépend de l’application en question. Dans les régions sismiques ou de vent fort, des murs peuvent être nécessaires pour résister à des charges horizontales et verticales. Les murs de refend sont les éléments structuraux primordiaux qui fournissent la résistance aux charges appliquées à l’horizontale. Dans les régions sismiques, comme la Californie, les calculs étaient basés sur l’essence Sapin Douglas, toutefois, d’autres essences d’arbres peuvent aussi être utilisées.

Regardons de plus près un exemple ou` le bois à entures multiples du groupe d’essences SPF est envisagé comme un substitut aux colombages à essence Sapin Douglas. Si le mur extérieur agit comme mur de refend, on doit prévoir que la valeur de base de la résistance au cisaillement de l’essence SPF, de plus basse densité, sera moins élevée. Une solution possible serait de réduire l’espacement des clous en biais à la rive pour répondre ou pour surpasser la valeur de base requise de cisaillement (voir Tableau 2 ci-dessous).

Un autre facteur à envisager pour le mur de refend est sa capacité de retenue verticale pour le transfert des forces de traction. Une substitution directe d’un matériau de densité moindre résultera en une résistance moins élevée d’assemblage et possiblement un nouveau calcul de la connexion.

Toutefois, Norman Shell, un consultant californien en ingénierie structurale, décrit une possibilité de substitution directe en chantier du bois à entures multiple du groupe d’essences SPF à un bois d’œuvre d’essence Sapin Douglas pour une application impliquant un mur de refend sans avoir besoin de recalculer les valeurs. Shell note que : « Dans les cas ou` les éléments ayant un clouage à biais de rive, les sablières et les lisses basses demeurent du Sapin Douglas, je crois que les valeurs de calcul (valeurs de base de cisaillement) du Sapin Douglas restent valides ». Cette affirmation amène à suggérer que, vu la répartition des forces, la charpente intermédiaire qui n’apparait pas sur la périphérie du panneau peut être substituée sans réduire la valeur de base de résistance au cisaillement du mur de refend pour résister au vent et aux charges sismiques. Dans le même ordre de pensée, plus de 95 % des charpentes de murs des résidences individuelles typiques de la Californie peuvent être bâtis avec du bois à entures multiples SPF. Seuls les poteaux de 4×4 aux extrémités des murs de refend et les éléments de 2×3 qui touchent les rebords des panneaux doivent rester à essence Sapin Douglas pour préserver la résistance de cisaillement.

 

Table 1: Comparison of structural properties of S-P-F finger-joined VERTICAL STUD USE ONLY lumber.
Fb E Base Shear Capacity*
D.Fir-L Solid Sawn 1050 psi 1.4 x 106 psi 392 plf – 6″ edge nail spacing
S-P-F Finger-joined 1015 psi 1.2 x 106 psi 457 plf – 4″ edge nail spacing
*Based on 2×4″, Stud grade, 16″o/c, 3/8″ Type I structural sheathing, SBCCI wind, 8d nails, 12″ field nail spacing

I-Joist Uses

Les utilisations du bois à entures multiples pour les poutrelles de bois en I

Le bois à entures multiples est également souvent utilisé comme matériau servant aux ailes des poutrelles de bois en I. Cette application du produit requiert que les fibres de bois et les jointures collées résistent à long  terme à la tension de charges pendant l’utilisation. Pour cette raison, le bois à entures multiples utilisé dans la fabrication de poutrelles de bois en I doit suivre les exigences d’une norme SP1. Les fabricants de poutrelles de bois en I entreprennent des procédures supplémentaires d’évaluation du contrôle de la qualité pendant la production.