Bois Traité sans Pression

Bois Traité Sans Pression

Pour la majorité des bois traités, les produits d’imprégnation sont appliqués dans des installations spéciales. Par contre, c’est quelques fois impossible, ou la nécessité pour le bois traité n’était pas apparente jusqu’à la construction ou l’usage du bâtiment Dans ces cas, les produits d’imprégnation peuvent être appliqués en employant des méthodes qui n’impliquent pas les appareils sous pression.
Quelques uns de ces traitements ne peuvent qu’être faits par des applicateurs licenciés. Lors de l’emploi des produits d’imprégnation de bois, tels les pesticides, les exigences en matière d’étiquetage pour l’Agence de réglementation de la lutte antiparasitaire (au Canada) ou l’EPA (aux États-Unis) doivent être suivies.

Quatre catégories de traitements sans pression

Prétraitement de la surface

Durant le procédé de construction, e traitement préservatif d’anticipation est appliqué en trempant, en pulvérisant ou en badigeonnant toutes les surfaces accessibles de quelques produits en bois.   Le but est de fournir une enveloppe de protection aux produits en bois vulnérables, aux composantes ou aux systèmes dans leur forme finie.  Un exemple serait de pulvériser la charpente d’une maison avec des borates pour une résistance contre les termites de bois sec et dans certains cas, les buprestidés.

Prétraitement de la subsurface (Traitement par dépôt)

C’est le traitement préservatif appliqué aux zones discrètes et non à la pièce complète, durant le procédé de fabrication ou la construction.  Le but est de fournir proactivement une protection seulement qu’aux parties du produit en bois, aux composantes ou aux systèmes qui pourraient être exposés aux conditions propices à la carie.  Un exemple serait de placer les tiges de borates dans des trous forés dans les bouts exposés des poutres lamellé-collé qui saillent de la ligne de toiture.

Traitement supplémentaire

C’est le traitement préservatif appliqué aux zones discrètes du bois traité en service afin de compenser pour soit une pénétration initiale incomplète de la section transversale, soit l’appauvrissement avec le temps de l’efficacité du préservatif.  Le but est de donner un élan de la protection au bois traité précédemment, ou de traiter les zones exposées par le sciage nécessité en chantier des produits en bois.  Un exemple serait l’application d’un bandage préfabriqué aux poteaux des services publics qui ont souffert un appauvrissement de l’imprégnation initiale.  Un autre exemple est le matériau scié en chantier pour les fondations en bois préservés.

Traitement de remédiation

C’est le traitement préservatif appliqué aux produits de bois en bon état, aux composantes ou aux systèmes où la carie ou les attaques d’insectes sont connus d’avoir commencé.  Le but est de supprimer les champignons et/ou prévenir la carie ou les insectes de se proliférer au-delà dommages existants.  Un exemple serait le badigeonnage avec une formulation de borate/glycol sur le bois en bon état laissé en place, adjacent à la charpente pourrissante (qui devrait être coupée et enlevée, ensuite remplacée par du bois traité sous pression).

Formes de traitements sans pression

Les traitements sans pression se font sous trois formes: les solides, les liquides/pâtes, et les fumigants.  Non comme les traitements par préservatifs sous pression, ils se fient sur la mobilité des matières actives pour imprégner assez profondément le bois afin d’être efficaces.  Les matières actives peuvent migrer dans le bois par capillarité ou peuvent se diffuser dans l’eau et/ou l’air se trouvant dans le bois.  Cette mobilité ne permet pas seulement aux matières actives de pénétrer le bois mais peut aussi les permettre de sortir sous certaines conditions.  Cela signifie que les conditions à l’intérieur et autour de la structure doivent être comprises pour que l’appauvrissement du produit d’imprégnation et la perte conséquente de protection puissent être minimisés.  Les borates, les fluorures et les composés de cuivre se prêtent bien à une utilisation des solides, des liquides et des pâtes.  L’isothiocyanate de méthyle (et ses précurseurs), le bromure de méthyle, et le fluorure de sulfuryle sont les seuls traitements fumigants largement utilisés.  En 2005, le bromure de méthyle a été progressivement éliminé, sauf pour des utilisations très limitées.

Solides

L’avantage principal des solides dans ces applications est qu’ils maximisent la quantité de matériau hydrosoluble qui peut être placé dans un trou foré, en raison du pourcentage élevé de matières actives contenues dans les tiges disponibles sur le marché. Le désavantage principal est l’exigence d’une humidité suffisante et le temps nécessaire à la tige de se dissoudre. Un des premiers systèmes de préservatifs solides le plus connu est la tige de borates fondus, initialement développé durant les années 1970 pour le traitement supplémentaire de remédiation des traverses de chemin de fer. Depuis, ils ont été employé avec succès sur les poteaux des services publics, les bois d’œuvre, la menuiserie préfabriquée (menuiserie pour les fenêtres), et une variété de d’autres produits de bois. Une combinaison de borates est fondue dans du verre à des températures extrêmement élevées, versée dans un moule et permit de solidifier. Placé dans les trous du bois, le borate se dissout dans n’importe quelle eau contenue dans le bois et se diffuse partout dans la zone humide. Le débit massique d’humidité le long du grain peut accélérer la distribution du borate. Des biocides secondaires comme le cuivre peuvent être ajoutés aux tiges de borate pour augmenter l’efficacité des borates contre la carie et les insectes. Alors que tous les produits d’imprégnation devraient être traités avec respect, plusieurs utilisateurs se sentent plus à l’aise de manipuler le borate et les tiges cuivre/borate en raison de leur toxicité basse et du potentiel bas de pénétrer le corps.
Les fluorures sont également couramment disponibles sous forme de tiges. Les tiges sont produites en comprimant le fluorure de sodium et des liants ensemble, ou par encapsulation en tubes perméables à l’eau. Les fluorures diffusent plus rapidement que les borates dans l’eau et peuvent aussi migrer en forme gazeuse en tant qu’acide fluorhydrique.

Les Liquides, les Pâtes et les Gels

Les liquides peuvent être pulvérisés ou badigeonnés sur les surfaces, ou versés ou pompés dans les trous forés.  Les pâtes sont le plus souvent badigeonnées ou  appliquées avec une truelle, ensuite recouverts de papier kraft avec du polyéthylène au dos créant un « bandage ».  Les pâtes peuvent aussi être bourrées dans les trous forés ou incorporés dans des bandages prêts à utiliser pour l’enroulement autour des poteaux.  Les borates et les fluorures sont communément employés dans ces formulations puisqu’ils se diffusent très rapidement dans le bois humide.  Le cuivre migre plus lentement puisqu’il réagit avec le bois.  Pour le bois plus sec, les glycols peuvent être ajoutés aux formulations de borate pour améliorer la pénétration.  Les produits d’imprégnation en vente libre pour le badigeonnage sont basés soit le naphténate de cuivre (de couleur verte), ou le naphténate de zinc (clair).  Les deux sont dissolus dans des solvants de type essence minérale.   En plus, les formulations de borate/glycol à base d’eau peuvent également être achetées en vente libre en tant que liquides à badigeonner.

Fumigants

Ces traitements sont typiquement sous forme de liquides ou de solides; ils se transforment en gaz une fois exposés à l’air, et deviennent mobiles dans le bois sous forme de gaz.  Quelques fumigants solides et liquides sont bourrés dans des capsules perméables ou des tubes en aluminium. L’isothiocyanate méthylique (de méthyle) (ITCM) et les produits chimiques qui produisent ce composé à mesure qu’il se décompose sont employés dans les poteaux des services publics et les bois d’œuvre. Ce composé se fixe par adsorption au bois et peut fournir de nombreuses années de protection résiduelle.  Le fluorure de sulfuryle et le bromure de méthyle sont employés pour fumiger les maisons (bâche) pour éradiquer les termites de bois sec.  Bien qu’ils tuent tous les insectes présents au moment du traitement, il n’y a aucune protection résiduelle.