Traitement Supplémentaire

Traitement supplémentaire

Un traitement supplémentaire peut être ajouté à n’importe quel moment qu’un sciage or perçage du bois dans le chantier est inévitable, ou là où l’on soupçonne que les mesures de protection initiales peuvent être insuffisantes. C’est le plus communément fait pour les applications comme les fondations en bois, les bâtiments agricoles, ou les applications non résidentielles de longues durées telles que les poteaux des services publics et le gros bois d’œuvre des ponts.
Pour les fondations en bois et les bâtiments agricoles, il est normal de s’attendre à un peu de sciage des bouts et au perçage pour les boulons, les tuyaux ou le filage électrique. Le naphténate de cuivre est typiquement badigeonné sur les bouts coupés ou sur les trous du bois traité pour protéger les surfaces exposées. L’expérience a montré que cela convient pour une exposition limitée résultant de tels cas.
Pour les cas comme les poteaux ou le bois de gros œuvre des ponts, la protection préservative initiale peut être perdue avec le temps en raison de la dégradation ou l’appauvrissement des matières actives. Le besoin pour un traitement supplémentaire peut être indiqué par le dommage des structures similaires dans le même endroit. Ou il se peut qu’il y ait des preuves que le risque de dommage a augmenté, par exemple, si des nouveaux termites ont migré dans la région.
Dans les cas comme les poteaux des services publics, où ceux-ci font partie de l’infrastructure d’une organisation, l’inspection, l’entretien et la remédiation sont régulièrement pratiqués pour assurer une sécurité continuelle en utilisation et pour planifier les remplacements. Fréquemment, le coût du traitement supplémentaire est relativement petit par rapport au coût de l’inspection, et n’est qu’une petite fraction du coût d’une défaillance prématurée. Le traitement supplémentaire peut également être prudent en termes d’une diligence raisonnable (réduisant la responsabilité civile). Durant l’inspection de ces structures, des perceuses ou une tarière de Pressler peuvent servir pour déterminer la condition de l’intérieur des éléments en bois. Il est conseillé de traiter ces trous pour éviter une infection d’une perceuse et d’une tarière de Pressler non stérilisées. De plus, puisque les trous percés sont typiquement là où la carie est soupçonnée ou anticipée, traiter ces trous est sage pour renforcer la protection à ce site.

Solides

L’utilisation des tiges de borate, cuivre/borate et fluorure en tant que traitements supplémentaires pour la carie interne en raison de la commodité de leur usage et une toxicité très basse est de plus en plus répandue.  Le cuivre migre plus lentement dans le bois que le borate, fournissant une protection à la zone autour de la tige si le borate est enlevé avec le temps par le débit massique de l’eau.  C’est un souci principalement pour les poteaux des services publics dans les climats humides, où l’humidité migre dans le poteau du sol, mèche vers le haut du poteau et évapore au-dessus du sol, emmenant le borate vers le haut du poteau en même temps – ce qui laisse le borate dans une partie du poteau pas particulièrement à risque de la carie.  La vitesse du débit d’eau peut être relativement lente dans  le douglas vert (une espèce de bois imperméable) traité avec un préservatif à base d’huile qui a un peu de résistance au mouillage.  Elle peut être plus rapide dans un pin du sud (une espèce de bois très perméable) traité avec un préservatif à base d’eau.

Les Liquides, les Pâtes et les Gels

L’application par pulvérisation et par mousse de liquides et de gels est employée de plus en plus pour le traitement supplémentaire des bâtiments à ossature en bois contre les termites et les buprestidés.  Les trous sont percés dans chaque section des montants et les liquides ou les gels sont pompés sous à l’intérieur sous pression.  Il ne faut s’attendre à une couverture aussi efficace que celle obtenue par le traitement pulvérisé durant la construction.  Les liquides peuvent être versés ou pompés dans les trous forés des poteaux des services publics ou le gros bois d’œuvre pour traiter la carie interne.  L’imprégnation de l’agent préservatif qui peut être obtenue est typiquement limitée dans le premier cas par la grandeur et l’emplacement des trous et la solubilité du produit chimique, et dans le deuxième cas, par la perméabilité du bois.  Une autre approche est de laissé un appareil pressurisé fixé au poteau sous le sol, ce qui pousse une plus grande quantité de liquide dans le poteau pour une plus longue durée.  Il convient de veiller à ce que les trous forés n’entrecroisent pas les vides d’air ou les gerces qui mènent à la surface du bois; autrement, les liquides peuvent s’écouler vers l’extérieur.  Les pâtes peuvent être bourrées dans les trous forés pour traiter la carie interne.  Comme alternative, elles peuvent être badigeonnées ou appliquées avec une truelle, ou traiter la carie externe en appliquant des bandages externes.

Fumigants

Les traitements par fumigants ont été employés avec succès depuis des décennies sur les poteaux des services publics et les structures de gros bois d’œuvre.  Le gaz migre rapidement au travers du bois, adsorbant à la lignocellulose et fournissant plusieurs années de protection résiduelle.

Traitement supplémentaire

Un traitement supplémentaire peut être ajouté à n’importe quel moment qu’un sciage or perçage du bois dans le chantier est inévitable, ou là où l’on soupçonne que les mesures de protection initiales peuvent être insuffisantes. C’est le plus communément fait pour les applications comme les fondations en bois, les bâtiments agricoles, ou les applications non résidentielles de longues durées telles que les poteaux des services publics et le gros bois d’œuvre des ponts.
Pour les fondations en bois et les bâtiments agricoles, il est normal de s’attendre à un peu de sciage des bouts et au perçage pour les boulons, les tuyaux ou le filage électrique. Le naphténate de cuivre est typiquement badigeonné sur les bouts coupés ou sur les trous du bois traité pour protéger les surfaces exposées. L’expérience a montré que cela convient pour une exposition limitée résultant de tels cas.
Pour les cas comme les poteaux ou le bois de gros œuvre des ponts, la protection préservative initiale peut être perdue avec le temps en raison de la dégradation ou l’appauvrissement des matières actives. Le besoin pour un traitement supplémentaire peut être indiqué par le dommage des structures similaires dans le même endroit. Ou il se peut qu’il y ait des preuves que le risque de dommage a augmenté, par exemple, si des nouveaux termites ont migré dans la région.
Dans les cas comme les poteaux des services publics, où ceux-ci font partie de l’infrastructure d’une organisation, l’inspection, l’entretien et la remédiation sont régulièrement pratiqués pour assurer une sécurité continuelle en utilisation et pour planifier les remplacements. Fréquemment, le coût du traitement supplémentaire est relativement petit par rapport au coût de l’inspection, et n’est qu’une petite fraction du coût d’une défaillance prématurée. Le traitement supplémentaire peut également être prudent en termes d’une diligence raisonnable (réduisant la responsabilité civile). Durant l’inspection de ces structures, des perceuses ou une tarière de Pressler peuvent servir pour déterminer la condition de l’intérieur des éléments en bois. Il est conseillé de traiter ces trous pour éviter une infection d’une perceuse et d’une tarière de Pressler non stérilisées. De plus, puisque les trous percés sont typiquement là où la carie est soupçonnée ou anticipée, traiter ces trous est sage pour renforcer la protection à ce site.

Solides

L’utilisation des tiges de borate, cuivre/borate et fluorure en tant que traitements supplémentaires pour la carie interne en raison de la commodité de leur usage et une toxicité très basse est de plus en plus répandue.  Le cuivre migre plus lentement dans le bois que le borate, fournissant une protection à la zone autour de la tige si le borate est enlevé avec le temps par le débit massique de l’eau.  C’est un souci principalement pour les poteaux des services publics dans les climats humides, où l’humidité migre dans le poteau du sol, mèche vers le haut du poteau et évapore au-dessus du sol, emmenant le borate vers le haut du poteau en même temps – ce qui laisse le borate dans une partie du poteau pas particulièrement à risque de la carie.  La vitesse du débit d’eau peut être relativement lente dans  le douglas vert (une espèce de bois imperméable) traité avec un préservatif à base d’huile qui a un peu de résistance au mouillage.  Elle peut être plus rapide dans un pin du sud (une espèce de bois très perméable) traité avec un préservatif à base d’eau.

Les Liquides, les Pâtes et les Gels

L’application par pulvérisation et par mousse de liquides et de gels est employée de plus en plus pour le traitement supplémentaire des bâtiments à ossature en bois contre les termites et les buprestidés.  Les trous sont percés dans chaque section des montants et les liquides ou les gels sont pompés sous à l’intérieur sous pression.  Il ne faut s’attendre à une couverture aussi efficace que celle obtenue par le traitement pulvérisé durant la construction.  Les liquides peuvent être versés ou pompés dans les trous forés des poteaux des services publics ou le gros bois d’œuvre pour traiter la carie interne.  L’imprégnation de l’agent préservatif qui peut être obtenue est typiquement limitée dans le premier cas par la grandeur et l’emplacement des trous et la solubilité du produit chimique, et dans le deuxième cas, par la perméabilité du bois.  Une autre approche est de laissé un appareil pressurisé fixé au poteau sous le sol, ce qui pousse une plus grande quantité de liquide dans le poteau pour une plus longue durée.  Il convient de veiller à ce que les trous forés n’entrecroisent pas les vides d’air ou les gerces qui mènent à la surface du bois; autrement, les liquides peuvent s’écouler vers l’extérieur.  Les pâtes peuvent être bourrées dans les trous forés pour traiter la carie interne.  Comme alternative, elles peuvent être badigeonnées ou appliquées avec une truelle, ou traiter la carie externe en appliquant des bandages externes.

Fumigants

Les traitements par fumigants ont été employés avec succès depuis des décennies sur les poteaux des services publics et les structures de gros bois d’œuvre.  Le gaz migre rapidement au travers du bois, adsorbant à la lignocellulose et fournissant plusieurs années de protection résiduelle.