Sécurité Incendie

La Sécurité Contre l’Incendie Définie

Le Code National du Bâtiment du Canada1 (CNB) définit la sécurité contre l’incendie sous l’Objectif OS12 comme étant « Un objectif de ce code est de limiter la probabilité qu’en raison de la conception ou de la construction du bâtiment, une personne se trouvant à l’intérieur ou à proximité du bâtiment soit exposée à un risque inacceptable de blessures sous l’effet d’un incendie ».
En termes plus simples, la sécurité contre l’incendie consiste à réduire le potentiel de la menace à la vie qui résulte d’un incendie dans les bâtiments. Bien que le potentiel de décès ou de blessures dans un feu ne puisse être complètement éliminé, la sécurité contre l’incendie dans un bâtiment peut être obtenue par les caractéristiques éprouvées d’une conception des bâtiments destinées à minimiser, dans la plus large mesure du possible, le risque à la santé des personnes en raison d’un incendie.
Conceptualiser un bâtiment pour assurer une menace minimale ou pour respecter le niveau de sécurité du feu prescrit est plus complexe que la simple considération des matériaux de construction qui seront utilisés durant la construction du bâtiment. 3, 4, 5, 6. De nombreux facteurs doivent être pris en considération, y compris l’utilisation du bâtiment, le nombre d’occupants, la facilité d’en sortir dans le cas d’un incendie et un feu peut être circonscrit.
Le CNB ne réglemente que ces éléments qui font partie de la construction du bâtiment. Typiquement, le contenu qui se trouve à l’intérieur de n’importe quel bâtiment n’est pas réglementé par le CNB, mais dans certains cas, est réglementé par le Code national de prévention des incendies du Canada3. Le classement des bâtiments ou de ses parties selon leurs utilisations prévues tient compte de :

  • la quantité et le type de matériaux combustibles qui sont probables d’être présents (la charge combustible potentielle)
  • le nombre de personnes qui peut être exposé à la menace de l’incendie
  • la zone dans laquelle se trouve le bâtiment
  • la hauteur du bâtiment

Ce classement est le point de départ pour déterminer quelles exigences de sécurité contre l’incendie s’appliquent à un bâtiment particulier.  Le classement dicte :

  • le type de construction du bâtiment
  • le niveau de protection contre l’incendie
  • le degré de protection structurale contre la propagation de l’incendie entre les parties du bâtiment qui sont utilisées à différentes fins

Même les matériaux qui ne supportent pas le feu ne peuvent garantir la sécurité de la structure. L’acier, par exemple, perd rapidement sa résistance lorsque chauffé et sa limite de résistance diminue de façon importante à mesure qu’il absorbe la chaleur, compromettant la stabilité de la structure (Graphique 1). Même un système de poutrelles en acier conventionnel qui est non protégé échouera en moins que 10 minutes lorsqu’en laboratoire, est soumis à des méthodes d’essais normalisées d’’action du feu, alors qu’un système de solives de plancher conventionnel peut durer jusqu’à 15 minutes.
Même le béton armé n’est pas immunisé contre le feu. Bien que les structures en béton n’aient que rarement effondrées, le béton éclatera sous des températures élevées, exposant l’armature en acier et affaiblissant les éléments de structure.

FireSafetyGraph1

Graphique 1: L’acier perd sa résistance à des températures élevées

Généralement, il est reconnu qu’un bâtiment résistant au feu n’existe pas.  Les incendies peuvent se produire dans n’importe quel type de structure.  Toutefois, la sévérité de l’incendie dépend de la capacité de la construction de :

  • circonscrire le feu
  • limiter ses effets sur la construction portante
  • contrôler la propagation de la fumée et des gaz

À des degrés divers, tout type de construction peut être conçu en tant que système, c’est-à-dire, une combinaison d’assemblages de construction, pour limiter les effets du feu. Cela permet les assez de temps aux occupants d’échapper le bâtiment et aux pompiers d’atteindre le foyer de l’incendie.
La sécurité des occupants dépend aussi d’autres paramètres comme la détection et les parcours d’évacuation, et l’utilisation des systèmes automatiques de suppression des incendies comme les asperseurs. Ces concepts forment la base du CNB.

  1. 1. Code National du Bâtiment (Canada), CNRC No. 38726, Conseil national de recherches du Canada, Ottawa, ON, 1995
  2. 2. Codes axés sur les objectifs: Consultation sur les objectifs, la structure, et le cycle du Code national du bâtiment, Conseil national de recherches du Canada, Ottawa, ON, 2000.
  3. 3. Code national de prévention des incendies du Canada, CNRC No. 28727, Conseil national de recherches du Canada, Ottawa, ON, 1995.

Autres Références :

  • Fitzgerald, Robert W., Fundamentals of Fire Safe Building Design, Fire Protection Handbook, National Fire Protection Association, Quincy, MA, 1997.
  • Watts, J.M. (Jr); Systems Concepts For Building Fire Safety, Fire Protection Handbook, National Fire Protection Association, Quincy, MA, 1997.
  • Rowe, W.D.; Assessing the Risk of Fire Systemically ASTM STP 762, Fire Risk Assessment, American Society for Testing and Materials, West Conshohocken, PA, 1982.