Dans le cas d’un produit du bois qui sera utilisé dans des conditions présentant des risques, il faut mentionner dans le devis que du bois prétraité doit être employé. Au Canada, donnez comme référence la série de normes CSA O80, qui comprend des tableaux détaillés sur les types de produits du bois et leurs utilisations ainsi que les classes d’emploi et exigences de durabilité applicables. Aux États-Unis, faites mention de la norme de l’AWPA, qui contient des directives similaires. Il faut également indiquer au devis qu’un produit de préservation doit être appliqué sur place sur toutes les coupées effectuées sur le chantier. Idéalement, toutes les opérations de dégauchissage, de perçage et de coupe doivent être effectuées avant que les pièces ne soient traitées sous pression. De plus, le processus de décision entourant le choix d’essences, les types de produits de préservation à employer et la nécessité de faire ou non un traitement par incision peut être complexe. Il est préférable de faire appel à un rédacteur de devis qui s’y connaît bien en bois traité.

Rénovateurs non professionnels : Idéalement, le bois traité que vous achetez au centre de matériaux de construction de votre municipalité devrait avoir une étiquette au bout, pour vous aider à choisir le bon produit. L’étiquette comprend le type de produit de préservation employé, le degré de rétention, l’utilisation prévue de cette pièce de bois, la norme de traitement (c.-à-d, la série de normes CSA O80 applicable aux produits canadiens) respectée pour traiter le bois (le cas échéant) et le nom de l’installation de traitement et son emplacement. L’information la plus pertinente pour vous est la classe d’emploi. Lorsque la pièce sera utilisée dans le sol (p. ex., un piquet de clôture), assurez-vous qu’elle a été traitée en vue d’un « contact avec le sol ». Pour ce qui est de toutes les autres utilisations (comme les palissades, les platelages et les bardeaux), l’étiquette peut indiquer « hors sol » Une étiquette renfermant des informations sur la sécurité à l’intention des consommateurs peut aussi être apposée sur la pièce. Vous pouvez également trouver ce type de renseignements en magasin, sur une affiche ou dans un guide technique.

Manipulation sécuritaire

Le gros bon sens et un équipement de sécurité normalisé (équipement de protection individuelle et appareils en bon état de fonctionnement) s’imposent lorsqu’on travaille avec des produits de construction, peu importe le type. Le port de gants, d’un masque antipoussières et de lunettes protectrices est indiqué pour tous les types de travail du bois. Voici quelques points importants au sujet du bois traité :

  • Le bois traité sous pression n’est pas un pesticide et n’est pas un produit dangereux. La plupart des villes ramassent le bois traité avec les déchets ordinaires. Cependant, il vous incombe de vérifier les règlements en vigueur dans votre municipalité.
  • Ne brûlez jamais du bois traité, car la fumée et les cendres produites peuvent contenir des produits chimiques toxiques.
  • Si des produits de préservation ou de la sciure s’accumulent sur vos vêtements, lavez-les avant de les reporter. Vos vêtements de travail ne doivent pas être lavés avec ceux du reste de la famille.
  • La surface du bois traité employé pour les terrasses, platelages et passages doit être exempte de résidus de produits de préservation.
  • Il ne faut pas utiliser du bois traité pour les tas de compost, car les acides organiques libres produits au début du compostage peuvent enlever les produits chimiques fixés. Par contre, on peut l’utiliser sans danger pour les platebandes surélevées dans lesquelles on fait pousser des légumes. Si, après cette lecture, vous avez encore des préoccupations, mettez une feuille de plastique entre la terre et la paroi de bois traité.
  • Le bois traité ne devrait pas être nettoyé avec des agents réducteurs forts puisque ceux-ci peuvent aussi enlever les produits chimiques fixés.

 

Des choix d’attaches judicieux

Dans le cas des attaches qui seront utilisées avec du bois traité exposé aux intempéries, il faut choisir celles qui résisteront à l’altération atmosphérique aussi longtemps que le bois traité. Les attaches en acier inoxydable sont de loin le premier choix, mais des attaches galvanisées à chaud peuvent en général permettre d’atteindre la durée de vie utile attendue. Il ne faut pas fixer les clous galvanisés à chaud à l’aide d’une cloueuse haute pression, car leur revêtement peut s’endommager sous l’impact de la décharge. Le revêtement protecteur des attaches traitées par galvanoplastie est trop mince et il aura une mauvaise tenue en service, tandis que les clous ordinaires se corroderont rapidement une fois fixés à la plupart des sortes de bois ayant fait l’objet d’un traitement à base de cuivre. Règle générale, on doit éviter d’utiliser des attaches en aluminium avec du bois traité, sauf les produits de nouvelle génération (traités à l’azole de cuivre micronisé) qui ont été mis à l’essai avec des pièces en aluminium et approuvés et étiquetés comme produits pouvant être en contact avec l’aluminium. Les attaches en acier inoxydable ne doivent pas être utilisées en contact avec l’eau salée.

Réparation de coupes dans la couche traitée

La structure interne de bois traité sous pression en contact avec le sol peut être très pourrie après seulement six ou sept ans si l’on omet de badigeonner sur le chantier les coupes, les trous de boulonnage et les entailles d’un produit de préservation. Les produits en vente libre employés le plus souvent à cette fin sont à base de naphténate de cuivre (verdâtre) ou de naphténate de zinc (transparent). Ils sont tous deux dissous dans des solvants à base d’essence minérale. D’autres produits à badigeonner, comme les solutions hydrosolubles à base de borate et de glycol, sont offerts dans les centres de matériaux de construction.

Le fait d’omettre cette étape importante fera en sorte que le bois durera moins longtemps et rendra nulles toutes les garanties qui s’y appliquent. Même si le badigeonnage de produits de préservation n’offre vraiment pas les mêmes résultats que le traitement sous pression, les produits de préservations conçus pour le chantier sont généralement appliqués sur la veine d’extrémité, où la solution pénétrera plus profondément que dans l’autre sens.

Lors des essais in situ réalisés par FPInnovations portant sur ces produits de préservation, c’est le produit à base de naphténate de cuivre qui a offert les meilleurs résultats. Le naphthénate de zinc (2 % de zinc), qui est incolore, n’a pas été aussi efficace, mais il peut convenir aux utilisations hors sol, où le risque de pourriture est moindre et si la teinte vert foncé du napthénate de cuivre n’est pas souhaitée. Il est à noter que la teinte verdâtre du produit à base de cuivre s’estompera après quelques années.


Renseignements complémentaires

Cliquez ici pour obtenir d’autres renseignements sur les attaches.

Cliquez ici pour obtenir d’autres renseignements sur les essais de tenue en service réalisés avec du bois traité.

Cliquez ici pour obtenir d’autres renseignements sur les produits de préservation du bois pouvant être appliqués sur le chantier.

Cliquez ici pour consulter des informations à l’intention des consommateurs sur la manipulation sécuritaire du bois traité (Canada).